Traitement des boues résiduaires

  • Aide
  • Recherche
  • RSS
  • Google +
  • Facebook
  • Twitter
Laboratoire de thermique énergétique et procédés (LATEP)
PDF

Traitement des boues résiduaires

Du fait d’un assainissement accru des eaux résiduaires d’importantes quantités de boues (résidu de l’épuration des eaux) sont produites chaque année et doivent être alors éliminées et/ou valorisées. Quelle que soit la filière choisie (élimination ou valorisation), il est généralement nécessaire, dans une première étape, de réduire les volumes de boue produits en retirant en parti l’eau qu’elles contiennent. C’est dans ce cadre général que s’inscrit l’activité du laboratoire relative au traitement des boues résiduaires. Sur la période 2009-2013 les recherches se sont orientées principalement sur la déshydratation et dans une moindre mesure sur l’incinération, avec pour but principal de proposer des procédés plus performants tout en essayant de limiter le coût énergétique et l’impact environnemental.

 


    


Les boues résiduaires sont connues comme étant des matériaux difficiles à déshydrater. Ainsi, les études menées au laboratoire se sont attachées à aborder le problème par deux aspects différents mais néanmoins liés : mieux comprendre et caractériser les causes de la faible aptitude des boues à la déshydratation et étudier et développer de nouveaux procédés permettant d’améliorer la déshydratation de ces matériaux.

Sur le premier aspect une étude a été réalisée afin d’évaluer l’impact de certains paramètres physico-chimiques de la boue (Charges de surface, hydrophobicité, teneur et composition en exoplymères, taux de fines particules…) sur les performances de déshydratation. Le deuxième aspect a été abordé en se focalisant principalement sur le procédé d’électro-déshydratation qui couple un champ électrique continu à une action de pressage mécanique (classique). Ce travail a permis de passer de l’échelle des expériences de laboratoire à la réalisation d’un pilote industriel.

Un travail sur l’électro-déshydratation sur des boues résiduaires urbaines est en cours. L’aspect caractérisation a également été abordé en étudiant l’aptitude d’une boue floculée à être déshydratée par égouttage gravitaire et proposant un outil utile à l’échelle industrielle tel qu’un indice d’égouttage.